3 façons de bander une cheville pour jouer au football

Noticias > 3 façons de bander une cheville pour jouer au football

Les chevilles sont l’une des parties les plus délicates du corps d’un footballeur. Soumises à de nombreux mouvements brusques dus aux changements de direction et de vitesse, les entorses sont assez fréquentes et une mauvaise récupération peut en faire un problème chronique.

Que ce soit à titre préventif ou après une blessure, le bandage de la cheville est un remède très courant pour préserver la zone dans le meilleur état possible. Bien que le sport soit sain en soi, il doit être pratiqué avec prudence afin de ne pas mettre en péril notre intégrité physique. Voici trois façons différentes de bander la cheville :

Bandage fonctionnel

Ce type de bandage est utilisé lorsque l’on souhaite soutenir suffisamment la cheville pour pouvoir effectuer des activités, qu’il s’agisse de sport ou de la vie quotidienne, mais avec un niveau de soutien adéquat pour limiter les risques d’entorse. Il s’agit sans aucun doute du type de soutien le plus courant, utilisé aussi bien dans le football que dans d’autres sports où les chevilles sont plus exposées au risque de blessure, comme le basket-ball.

L’une des clés de l’efficacité de ce bandage est de laisser le talon libre, sans quoi la fonctionnalité de la cheville serait plus limitée (d’où son nom). Sur les côtés, des ancres sont placées pour réduire le mouvement des ligaments à l’origine des entorses, mais toujours sans serrer excessivement le bandage afin de ne pas provoquer de douleur ou d’entraver la circulation sanguine.

Pour terminer le bandage, on fait une série de « huit », en passant la bande sur le côté extérieur, en descendant vers la plante du pied, en remontant par le peigne pour finir par entourer à nouveau la cheville.

Bandage compressif

Si l’objectif est de limiter complètement les mouvements de la cheville, en particulier en cas de blessure, il est préférable d’utiliser un bandage de compression. Cela accélère le processus de guérison, bien que dans les cas extrêmes, comme une déchirure ligamentaire, une attelle ou un plâtre soit nécessaire. Dans tous les cas, la mise en place de ce bandage n’est pas du tout compliquée et peut même se faire en plein match. Voici une vidéo qui le prouve :

Bracelets de cheville

Entre ces deux types de bandages se trouvent les chevillères. Il existe sur le marché une grande variété de marques et de modèles qui s’adaptent aux préférences du client et, bien sûr, à son budget.

Selon le degré de soutien recherché, il existe un type de chevillère ou un autre. La plus courante est celle qui ressemble presque à une chaussette (sans recouvrir les orteils), un peu plus compressive que les classiques, ce qui permet d’assurer une certaine sécurité. Toutefois, pour éviter les entorses, il est recommandé d’opter pour celles qui comportent des sangles ou des lacets à nouer et qui réduisent ainsi le mouvement latéral de la cheville.

Dans les trois cas, le mieux est de consulter un traumatologue ou un physiothérapeute, car en connaissant chaque cas en particulier, il est possible de faire une recommandation mieux adaptée aux besoins réels de la personne concernée.